Professeur Abbé Louis Mpala

mercredi 5 avril 2017

INTRODUCTION Ma communication, en ce jour, ô combien noble et notable, se veut être une méditation philosophique sur l’Abbé Stefano Kaoze qui avait un grand estime pour la philosophie. Divisée en trois parties, ma communication présentera dans un premier moment l’Événement Kaoze. Dans un second moment je ferai voir comment la philosophie fut un art de vivre chez Stefano Kaoze. A la fin, je montrerai en quoi consiste l’Effet Kaoze.

Lire la suite …

vendredi 24 mars 2017

Se tient dans le Diocèse de Kalemie- Kirungu un colloque sur " Le centenaire de l'ordination sacerdotale de l'abbé Stefano Kaoze : réflexion sur la consécration à Dieu et l'engagement patriotique " du 23 au 24 mars 2017.

Lire la suite …

dimanche 23 mars 2014

Né a Lubumbashi, le 15 septembre 1955, ancien de l’Université  Paris VIII-Saint Denis et de l’Ecole Supérieure de Journalisme a Saint Germain de Près(Paris), littéraire, philosophe, journaliste de formation, écrivain , critique, essayiste, acteur politique et Professeur Ordinaire  à  l’Université de Lubumbashi où il a assume de hautes charges académiques (Secrétaire General Académique), Huit MULONGO KALONDA BA-MPETA est aussi l¡¦une des figures de proue et un défenseur de la littérature congolaise. Initiateur du Département des Lettres et Civilisations Congolaises dans les programmes en vigueur de l¡¦Enseignement Supérieur et Universitaire de la République Démocratique du Congo, le Professeur Huit MULONGO KALONDA BA-MPETA a largement contribue a la connaissance des Lettres et Civilisations Congolaises sur l’échiquier international.

Il a écrit, entre autres, les ouvrages suivants :

 Pluies noires (poésie), Paris, éd. St Germain de Près, 1981 ;

 Chants divers (poésie), Paris, Universal Connexion, 1990 ;

 Utenzi (poésie), Paris, Uhuru, 1990 ;

 Le souffle de la liberté (chants du cœur), Paris, éd. La Bruyère, 1991 (MULONGO MULUNDA MUKENA) ;

 Nouvelles pluies (poésie), Lubumbashi, éd. du CELTRAM, 1997 ;

Paul Lomami Tshibamba : l’idéologie de la différence (essai critique), Lubumbashi, éd. du CELTRAM, 1999 ;

 

 Mayele, le Tigre rouge (récit), Kinshasa, Mosaïque, 2001 ;

 Sublimes passions tribales (récit), Kinshasa, Mosaïque, 2001 (réédition à

Lubumbashi, éd. du CELTRAM, 2008) ;

Impact, les accents de la destinée (récit), Lubumbashi, éd. du CELTRAM, 2004 ;

 Pleurs éternelles (sic) (poésie), Lubumbashi, éd. du CELTRAM, 2007 ;

 De la marginalisation a la nationalisation : un parcours authentique. Dictionnaire

de littérature congolaise de langue française, Lubumbashi, éd. du CELTRAM,

2009.

Ardent homme politique, il a, en son temps, assiste à l’émergence d’une

démocratie, même chancelante, qui a débouché et qui a donne naissance en République Démocratique du Congo, aux élections libres, démocratiques et transparentes.

Son attachement a la langue française qui doit cheminer en harmonie avec

les langues congolaises constitue un grand credo de son être que ponctue sa verve oratoire qui ne trompe pas.

Il est temps de reconnaitre ce digne fils du pays et de lui rendre un hommage mérite pour tout ce qu’il fait de grand dans l¡¦univers des Lettres et

Civilisations Congolaises.

 

Lire la suite …

jeudi 20 février 2014

Voici le texte portant sur l'autorité et plusieurs questions sont posées. Qui dit autorité, dit-il pouvoir? Si cela n'est pas vrai, en quoi l'autorité diffère-t-elle du pouvoir? Fait-elle appel à la force? S'il n'en est pas ainsi, quelle est son essence? Y a-t-il une seule forme d'autorité? Est-elle liée à la domination? Comment s'exerce-t-elle dans les différentes sphères de la vie -famille, école, armée, politique, Eglise, etc.? Y a-t-il une crise d'autorité? Si c'est oui, l'Eglise s'en sort-elle? Garde-t-elle la même acception pour le concept autorité?

Lire la suite …

Umuntu ngalelanda mululimi lwa cifyalilwa, alalanda no mubili wakwe, no mweo wakwe elo no mutima wakwe onse. Lelo ngalelanda mu lulimi lwa Beni, intanshi yakulanda alingile mbale ukutontonkanya elo panuma eshibe ifyakulanda.

Ngalelanda mululimi lwakwe ne shiwi lilakonka amenso, umuntwe elo na maboko. Cilaba kwati menshi yalekunkuluka ukufuma ku lupili.

Na mumapepo efyo caba. Umubemba ngalelumba Lesa wakwe mu cibemba, ala ni iso tambe.

Amalumbo yakwa Lesa yalayana no bumi bwa bantu, ne fipapwa elo na  mubwile bwakwe.

Eico kanshi, twalatantika aya malumbo ukulingana no bumi bwa bantu,  ne fipapwa , na mubwile bwakwe elo na mu mapinda.

 

 

Quand quelqu’un parle en sa langue maternelle, il  le fait de tout son corps, de toute son âme et de tout son cœur. En revanche, s’il s’exprime en une langue étrangère, il  commence d’abord   par réfléchir avant de savoir ce qu’il faut dire.

S’il parle en sa langue  maternelle, sa voix suit les mouvements de ses yeux, de sa tête et de ses mains. On dirait l’eau qui  coule depuis la montagne.

Il en est ainsi quand il s’agit de la prière. Comme il est beau de voir le Mubemba louer Dieu en sa langue maternelle !

Les louanges à Dieu sont faites selon les circonstances de la vie, selon les exploits divins et selon le mystère lié à la nature de Dieu.

Cela étant, nous parlerons des louanges à Dieu, dans le  premier moment selon la vie des gens, dans le deuxième  moment selon les exploits divins, dans le troisième moment selon le mystère lié à la nature de Dieu et dans le quatrième et dernier moment selon les proverbes.

Lire la suite …

dimanche 6 octobre 2013

Dépositaires de la tradition et incarnant les aspirations du peuple pensant, agissant et aspirant au progrès tout en se référant à la coutume, les chefs coutumiers sont reconnus par l’Etat[1] et ainsi ils dépendent du Chef de l’Etat sur le plan administratif et par les populations qui se reconnaissent en eux, car ils le sont devenus de « par la procédure coutumière, dès la naissance et par la famille »

Lire la suite …

lundi 25 février 2013

Chacun de nous naît dans une lignée où se trouve la langue de la tribu. Chacun de nous a ses ancêtres qui lui ont legué une langue. De ce qui précède, la langue maternelle est celle que les ancêtres nous ont leguée. Si nous nous abusons à croire que la langue maternelle est celle que nous parlons la première là où nous sommes nés, alors nous acceptons de perdre à la fois la langue de nos ancêtres, les proverbes, les us et coutumes, les chansons, les dances, les tamtams etc.

 Cila muntu alafyalwa mu luko lumo  umwaba ululimi lwapa cikota. Cila muntu alikwata ifikolwe fyakwe ifyabashila ululimi. Ukulingana nefyo twalanda, ululimi lwa cifyalilwa ni lulya ifikolwe fyatushila. Nga cakuti twalaibepa ati ululimi lwacifyalilwa ni lulya tulanda ulwakubalilapo apo twafwililwa, inshi tukalufya ululimi lwa fikolwe fyesu pamo pene na mapinda, ne ntambi, ne ©¯’imbo, na masha, ne ©¯’oma elo na fimbi po.

Lire la suite …

samedi 3 mars 2012

A dire vrai, c’est pendant les campagnes électorales que  les électeurs sont  ramenés aux temps de la Rome antique des panem et circenses. Et personne ne se pose ces questions: « Pourquoi allons-nous aux élections dans notre pays ? Dans quel but est-il nécessaire de se mobiliser pour élire le président de la République, pour nous doter d’une assemblée et des institutions locales censées être démocratiques et traduire véritablement la volonté populaire ? »

Lire la suite …

A dire vrai, c’est pendant les campagnes électorales que  les électeurs sont  ramenés aux temps de la Rome antique des panem et circenses. Et personne ne se pose ces questions: « Pourquoi allons-nous aux élections dans notre pays ? Dans quel but est-il nécessaire de se mobiliser pour élire le président de la République, pour nous doter d’une assemblée et des institutions locales censées être démocratiques et traduire véritablement la volonté populaire ? »

Lire la suite …

samedi 10 septembre 2011

Selon le Conférencier, la bonne gouvernance est un ensemble de mesures, de règles, etc. pour garantir un bon fonctionnement et le contrôle. Conduite des affaires, la bonne gouvernance n’est pas une opacité dans la gestion ; au contraire, a argumenté le Conférencier, elle est la transparence, le respect rigoureux dans l’instance des décisions, le respect des règles de justification. Par ailleurs, le Conférencier a insisté pour faire savoir que la bonne gouvernance est budgétisation (par an, exemple il faut autant…) et respect du budget ; elle suppose le respect des rubriques budgétaires (exemple : rubrique de la paie des professeurs) ; elle sous-entend  l’acceptation de l’audit interne et externe par une instance extérieure. Ceci étant, a conclu le Conférencier, la bonne gouvernance sait rendre compte de sa gestion avec des papiers justificatifs (présenter un rapport narratif et financier) : factures, signatures, liste des participants, photos, vidéos, etc.

 

 

Lire la suite …

mercredi 31 août 2011

Nous sommes entrés dans une nouvelle phase de l’Histoire. Elle  est un temps de profonde mutation, qui touche autant le niveau social, technologique, scientifique, moral, philosophique, politique, économique que spirituel ou religieux. Bref, nous sommes dans la postmodernité.

Notre sujet a le souci de faire voir que les Eglises dites de Réveil jouent un grand rôle à l’ère de la postmodernité. Cependant ce rôle est souvent ambigu. Voilà pourquoi nous sommes là. Nous voulons en parler en tant que chercheur et en tant que croyant. 

 Nous sommes entrés dans la Postmodernité où il y a la transmutation des valeurs et les Eglises de réveil  se présentent comme celles qui doivent relever certains défis tout en créant d’autres.

Lire la suite …

La Bonne gouvernance fait toujours parler d’elle, et ce dans différents secteurs. Sachant que l’homme est à la fois fin et moyen de développement, il est impératif d’éduquer cet homme, sujet de la Bonne Gouvernance. Autrement dit, la Bonne Gouvernance est possible si et seulement si ceux qui en sont des acteurs ne jouent pas des rôles comme des anonymes, mais comme des êtres vivants humains luttant contre le négatif ontique, et ce en vue de rendre à eux-mêmes et aux autres la joie de vivre. Nous cherchons tous le Bonheur, en dernière analyse, en tout ce que nous faisons.

Cela étant, notre communication se donne comme objectif celui de proposer une forme d’éducation s’inspirant des proverbes. Pour ce faire, nous subdiviserons notre communication en deux parties. La première présentera  notre batterie conceptuelle ; la seconde indiquera les différentes formes d’éducation et invoquera certains principes. C’est à ce niveau que les proverbes feront parler d’eux.

Lire la suite …

La Bonne gouvernance fait toujours parler d’elle, et ce dans différents secteurs. Sachant que l’homme est à la fois fin et moyen de développement, il est impératif d’éduquer cet homme, sujet de la Bonne Gouvernance. Autrement dit, la Bonne Gouvernance est possible si et seulement si ceux qui en sont des acteurs ne jouent pas des rôles comme des anonymes, mais comme des êtres vivants humains luttant contre le négatif ontique, et ce en vue de rendre à eux-mêmes et aux autres la joie de vivre. Nous cherchons tous le Bonheur, en dernière analyse, en tout ce que nous faisons.

Cela étant, notre communication se donne comme objectif celui de proposer une forme d’éducation s’inspirant des proverbes. Pour ce faire, nous subdiviserons notre communication en deux parties. La première présentera  notre batterie conceptuelle ; la seconde indiquera les différentes formes d’éducation et invoquera certains principes. C’est à ce niveau que les proverbes feront parler d’eux.

Lire la suite …

La Bonne gouvernance fait toujours parler d’elle, et ce dans différents secteurs. Sachant que l’homme est à la fois fin et moyen de développement, il est impératif d’éduquer cet homme, sujet de la Bonne Gouvernance. Autrement dit, la Bonne Gouvernance est possible si et seulement si ceux qui en sont des acteurs ne jouent pas des rôles comme des anonymes, mais comme des êtres vivants humains luttant contre le négatif ontique, et ce en vue de rendre à eux-mêmes et aux autres la joie de vivre. Nous cherchons tous le Bonheur, en dernière analyse, en tout ce que nous faisons.

Cela étant, notre communication se donne comme objectif celui de proposer une forme d’éducation s’inspirant des proverbes. Pour ce faire, nous subdiviserons notre communication en deux parties. La première présentera  notre batterie conceptuelle ; la seconde indiquera les différentes formes d’éducation et invoquera certains principes. C’est à ce niveau que les proverbes feront parler d’eux.

Lire la suite …

vendredi 19 novembre 2010

Parler de la Rencontre d’avec Dieu YHWH revient à faire un examen de conscience sur la façon dont on vit non seulement sa vocation en face de Dieu YHWH, mais aussi sur sa façon d’être comme un être-pour-et-avec-les-autres.

                                     

            Sachant que nous ne sommes pas les premiers à être en contact avec Dieu, il est bien sage d’apprendre de l’expérience des autres. Car en dernière analyse, nous empruntons le même chemin même si chacun de nous le parcourt selon sa nature féminine ou masculine, selon son escape et son temps, selon sa culture et sa formation.

Lire la suite …